Paludisme grave à Plasmodium falciparum découvert dans la moelle osseuse

Paludisme grave à Plasmodium falciparum découvert dans la moelle osseuse

RANAIVOSOA Koloina Hanjaniaina Miora

Thèse Médecine Humaine, Faculté de Médecine/Université d'Antananarivo Madagascar, Juillet 2009

La paludisme constitue une pathologie endémique à Madagascar.

Une pancytopénie peut être d’origine périphérique ou centrale. Le recours au médullogramme s’avère nécessaire pour les distinguer. Sa réalisation a permis de découvrir fortuitement des trophozoïtes de Plasmodium falciparum dans les hématies médullaires.

Le diagnostic de paludisme grave n’a donc posé que très tardivement à l’origine des complications graves et mortelles. Ce travail illustre la possibilité de cette localisation inhabituelle. Il présente le cas d’une femme de 45 ans ayant manifesté un syndrome anémique.

Le mécanisme de cette localisation peut être lié à un passage des cellules du sang vers la moelle à travers les sinusoïdes.

L’éventualité de cette localisation met en exergue le rôle crucial du biologiste dans le diagnostic biologique du paludisme.

 

Mots-clés : médullogramme – paludisme – pancytopénie – Plasmodium falciparum – Madagascar.

Président de thèse : Professeur RASAMINDRAKOTROKA Andry

Juges : Professeur  RANDRIA Mamy Jean de Dieu  - Professeur RAKOTO Alson Aimée Olivat

Rapporteur de thèse : Docteur RAKOTOVAO Andriamiadana Luc

Directeur de thèse : Professeur  RASAMINDRAKOTROKA Andry

Commentaires (1)

1. MANCEAU Martine Jeu 19 août 2010

Si ce message vous parvenait...........concernant le Paludisme grave à Plasmodium falciparum

Cette découverte fortuite des trophozoïtes de Plasmodium falciparum dans la moelle osseuse de cette patiente est importante dans la compréhension de la physiopathologie du Paludisme, en particulier pour les formes viscérales évolutives.
J’en ai un réel du fait que mon époux (65ans) qui est aussi médecin présente une thrombopénie a priori idiopathique. Multiples traitements et même une splénectomie n’ont donné aucun résultat. Avant d’envisager une greffe de moelle, un traitement de Thalidomide à raison de 50mg/jour a été tenté. En 5 mois les plaquettes sont remontées à 225000 et malgré l’arrêt brutal de la Thalidomide la numération des plaquettes s’est stabilisée durant 24 mois.
Dernièrement la thrombopénie est réapparue brutalement.
Mais nous avons remarqué qu’il avait à nouveau eu des accès palustres, alors que durant ces derniers 24 mois il n’en eu aucun.
En effet, mon époux a fait son premier accès palustre à l’âge de 8 ans (à priori du au P. vivax Maroc 1953), il a été traité, mais il a continué à faire des accès palustres épisodiques et même en France, donc traité épisodiquement.
Nous avons donc établi une relation entre cette thrombopénie (néanmoins classique lors du paludisme) et ces accès palustres (non retenues du fait de l’ancienneté du paludisme de mon époux...). Coïncidence ?? forme quiescente du Paludisme ? Paludisme viscéral chronique évolutif ... ??
D’où notre intérêt pour cette découverte des trophozoïtes dans la moelle osseuse pourquoi pas des hypnozoïtes de Plasmodium vivax ?
Si ce message vous parvenait, nous serions particulièrement heureux et que vous nous fassiez parvenir des informations cliniques, biologiques, physiopathologiques sur votre patiente.
Je vous prie de croire en nos vifs remerciements et nos sentiments confraternels.

Docteur Martine MANCEAU-BOGARD
14 avenue Victor Hugo
33700 MERIGNAC FRANCE
Tel/rép /fax (+33) 5 56 51 42 58
martine.manceau@laposte.net

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×