Etude du polymorphisme du gène msp 2 et des microsatellites du génome de Plasmodium falciparum : Sharevo et Andapa

 Etude du polymorphisme du gène msp 2 et des microsatellites du génome de Plasmodium falciparum : Sharevo et Andapa

RAZAFIARIMANGA Zara Nomentsoa

Thèse de Doctorat ès Sciences en Biochimie Appliquée aux Sciences Médicales, Faculté des Sciences/Université d'Antananarivo Madagascar, 2005

Face à l’hétérogénéité géographique de la population parasitaire de P. falciparum à Madagascar, l’étude de la dynamique des populations parasitaires est nécessaire pour améliorer l’efficacité des moyens de lutte. Une étude longitudinale a été effectuée à Saharevo, un village des Hautes terres, à transmission palustre instable, pour mieux comprendre cette dynamique parasitaire. Parallèlement nous avons suivi une population de femmes enceintes vivant dans les régions côtières pour estimer l’impact du polymorphisme parasitaire dans ce contexte physiologique très particulier. Deux types de polymorphisme ont été étudiés : le gène msp 2 et les microsatellites.

A Saharevo, le polymorphisme msp-2 a été évalué sur 252 isolats de Plasmodium falciparum. 48% des isolats présentaient des parasites de type 3d7, 44% de type fc27 et 27% les deux à la fois. Aucune relation n’a pu être mise en évidence entre le nombre d’allèles et la parasitémie. Des infections mixtes et simples ont été observées pour des allèles dont le nombre varie de 1 à 3. Le nombre moyen de clones par personne est égale à 1,4.  Il n’a pas été mis en évidence d’apparition ou de disparition d’allèle d’une année à une autre. On peut donc conclure à une absence d’épidémie dans ce village durant ces deux années d’études. Ces résultats ont été confirmés par l’analyse du polymorphisme des microsatellites. Cette étude a cependant permis de mettre en évidence 3 types d’infection représentant la circulation des parasites d’un individu à un autre et de maison à maison : un même parasite peut infecter deux fois les mêmes personnes ou des sujets vivant sous le même toit ou de sujets habitant dans des maisons voisines.

L’étude chez les femmes enceintes a été réalisée à Andapa dans le Nord-Est de Madagascar lors des consultations prénatales. Sur les 1070 frottis sanguins examinés, 124 étaient positifs avec une prédominance d’infection à Plasmodium falciparum (94%). Les résultats montrent que les primigestes font plus de paludisme que les multigestes.

Le polymorphisme du gène msp-2 a été évalué en examinant 106 isolats de P. falciparum. Des infections monoclonales et multiples (2 à 4 clones) ont été observées. 50% des isolats contiennent 2 clones. Aucune relation n’a pas pu être retrouvée entre le nombre d’allèles et la parasitémie.  Toutefois le nombre d’allèles est en relation avec le nombre d’infections chez la femme. 17 allèles ont été identifiés sur l’ensemble des isolats. 89% des isolats se sont révélés positifs pour 3d7, 76% pour fc27 et 68% pour les deux à la fois. Les allèles fc27 de 500pb et 3d7 de 350pb ont été plus fréquents. 76% des femmes présentaient une infection mixte principalement pendant la période de pluie (Février – Mars). Parallèlement le polymorphisme des 3 microsatellites a été évalué sur 30 isolats de P. falciparum provenant du sang circulant et du placenta des femmes au moment de l’accouchement. 74% des femmes enceintes infectées par P. falciparum présentent une infection simple. Le polymorphisme des microsatellites étaient également important, avec en moyenne 12 allèles identifiés pour les 30 isolats testés. Les profils génotypiques des deux tissus (sang et placenta) sont presque identiques : 86,5% des allèles étaient communs alors que 2,7% seulement des génotypes étaient spécifiques du placenta. Cette forte proportion d’allèle commun signifie que l’élimination des parasites au niveau du sang circulant entraîne directement l’élimination des parasites placentaires. D’où l’importance de la chimioprophylaxie des femmes enceintes.

Mots-clés : paludisme, Plasmodium falciparum, microsatellite, gène msp-2, femmes enceintes, Saharevo, Andapa, Madagascar.

Président de thèse : Professeur Victor JEANNODA

Examinateurs  :  Professeur  Blandine ANDRIANARISOA – Professeur RASAMINDRAKOTROKA Andry – Professeur Abel ANDRIANTSIMAHAVANDY

Rapporteur de thèse : Professeur Laurence RALAMBORANTO

Commentaires (5)

1. botosoa Mer 16 nov 2011

je voudrais avoir les coordonnées de JFC

2. Botosoa jean ariel Mer 16 nov 2011

j voudrais avoir les coordonées de jfc

3. Botosoa jean ariel Mer 16 nov 2011

salut je voudrais avoir le coordonnées de JFC

4. CAROD Dim 02 mai 2010

Slt prof,

très jolies les photos ! que deviennent vos enfants ?

Salutations, Jfc. en France maintenant

5. Adrienne Lun 08 fév 2010

Your research has helped me understand a bit better the concept of the alleles related to Plasmodium falciparum. Could you tell me though, which part of the gene is amplified using FC27 and 3D7? Thanks, in advance.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site