Le FILS

Ceci est merveilleux.

Prenez un moment pour le lire ;

Il embellira votre journée!

La fin vous étonnera.

SOYEZ BENIS

  

Un homme riche et son fils aimaient collectionner des œuvres d’art très rares. Ils avaient tout dans leur collection : de Picasso à Raphaël. Ils s'asseyaient souvent ensemble et admiraient les grands travaux de l'art.

Quand le conflit du Vietnam éclata, le fils partit pour la guerre. Il était très courageux et mourut dans la bataille en sauvant un autre soldat.

Le père en fut avisé et fut profondément affligé pour la perte de son fils unique.

Environ un mois plus tard, juste avant Noël, quelqu’un frappa à la porte. Un jeune homme se tenait à la porte avec un large paquet dans ses mains..

Il dit:  Monsieur, vous ne me connaissez pas, mais je suis le soldat pour qui votre fils a donné sa vie. Il a sauvé beaucoup de vies ce jour là, et il était en train de me transporter lorsqu’une balle l'a heurté au cœur et il mourut instantanément. Il m’a souvent parlé de vous, et de votre amour pour l’art.

Le jeune homme lui remis le paquet. Je sais que ce n’est pas grand chose, je ne suis pas vraiment un grand artiste ; mais je crois que votre fils aurait aimé que vous l’ayez. Le père ouvrit le paquet ; c’était un portrait de son fils, peint par le jeune homme. Il regarda fixement avec crainte la manière dont le soldat avait capté la personnalité de son fils sur la peinture. Ses yeux ressemblaient tellement aux siens que ses propres yeux se remplirent de larmes. Il remercia le jeune homme et lui offrit de le payer pour la peinture.

Ah non! monsieur, je ne pourrai jamais rembourser ce que votre fils m’a fait ;

c’est un cadeau. Le père accrocha le portrait au-dessus de son manteau. Chaque fois que les visiteurs venaient à sa maison il les amenaient voir le portrait de son fils avant de leur montrer toutes les autres grandes œuvres qu'il s’était procurées.

L'homme mourut quelques mois plus tard...

Il devait y avoir une grande enchère de ses peintures. Beaucoup de personnes influentes s’étaient réunies, toutes excitées de voir les grandes peintures et d’avoir l’occasion d'en acheter une pour leur collection. Sur la plate-forme reposait la peinture de son fils.

Le commissaire-priseur martela son maillet.

Nous commencerons l'offre avec l’image de son fils. Qui fera une offre pour cette peinture ?

Cétait le silence.

Alors une voix au fond de la salle cria,  Nous voulons voir les célèbres peintures. Sautez celle-ci.  Mais le commissaire-priseur insista. Est-ce que quelqu'un fait une offre pour cette peinture?

Qui commencera l'offre ?

$100, $200 ?

Une autre voix en colère cria: Nous ne sommes pas venus pour voir cette peinture. Nous sommes venus pour voir le Van Gogh's, le Rembrandt. Commencez avec les vraies offres! Mais le commissaire-priseur continuait toujours.. Le fils ! Le fils ! Qui veut prendre le fils ?

Une autre voix en colère cria :  Nous ne sommes pas venus pour voir cette peinture.. Nous sommes venus pour voir le Van Gogh's, le Rembrandt. Commencez avec les vraies offres! Mais le commissaire-priseur continuait toujours. Le fils ! Le fils ! Qui veut prendre le fils ?

Finalement, une voix cria au fond de la salle ; c 'était le jardinier. Il avait longtemps été au service de l’homme et de son fils. Je donne $10 pour la peinture. Étant un homme pauvre, c’était tout ce qu'il pouvait se permettre... '

Nous avons  $10, qui offrira $20 ?

Donne-lui pour $10 et fais-nous voir les maîtres?

Les participants étaient en colère ; ils ne voulaient guère du portrait de son fils. Ils  voulaient un investissement plus dispendieux pour leurs collections.

Le commissaire-priseur martela encore une fois, deux fois : VENDU pour $10 !

Un homme qui était assis dans la deuxième rangée  cria : maintenant laisse-nous voir la collection !

Le commissaire-priseur  posa son marteau. Je suis désolé, mais l'enchère est finie !

Qu’arrive t’il avec les peintures ?

Je suis désolé. Quand l’on m’a demandé de conduire cette enchère, l’on m’avait fait part d'une condition secrète dans la volonté du père. Il ne m’était pas permis de dévoiler cette condition avant la vente du portrait du fils : seulement cette peinture serait vendue aux enchères. Celui qui l'achèterait hériterait du domaine entier, y compris les autres peintures. L'homme qui a pris le portrait du fils obtient donc tout !

Dieu a donné Son fils unique il y a 2000 ans afin de mourir sur la croix. Tout comme le commissaire-priseur, son message  aujourd'hui est : Le fils, le fils, Qui prendra le fils ? Parce que, vous voyez, celui qui prend le fils obtient tout..

CAR DIEU A TANT  AIMÉ LE MONDE QU’IL A DONNÉ SON  FILS UNIQUE, AFIN QUE QUICONQUE CROIT EN LUI NE PÉRISSE POINT, MAIS QU’IL AIT LA VIE ÉTERNELLE ; C’EST ÇA L’AMOUR .

S’il-vous-plaît, veuillez envoyer ceci à dix personnes et de nouveau à la personne qui vous l'a envoyé.

Faites ce que vous voulez, mais rappelez vous que c’est peut-être une  des personnes à qui vous avez  pris le temps d'envoyer ceci, qui était  justement celle qui devait entendre ce message

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : Jeu 17 nov 2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site