Résumé Journées Scientifiques Section Biologie de l'Académie de Médecine de Madagascar

RESUME DES JOURNEES SOMABIO ET SOMAHETRA ET SECTION BIOLOGIE DE L’ACADEMIE DE MEDECINE DE MADAGASCAR

29-30 novembre 2012

Monsieur le Directeur de cabinet représentant Son Excellence Mr Le Ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche scientifique,

Monsieur le Représentant de Madame le Ministre de la Santé

Monsieur le Président de l’Université d’Antananarivo

Chers maitres, chers collègues, honorable assistance,

Nous voilà au terme de ces deux journées de la SOMABIO et de la SOMAHETRA et de la  SECTION BIOLOGIE DE L’ACADEMIE DE MEDECINE DE MADAGASCAR. Nous nous accordons tous à dire que ces deux journées ont été pour nous très enrichissantes, tant du point de vue nouveautés que mise au point de certaines connaissances.

Je vais vous donner ici un résumé succint. 32 communications scientifiques, dont 15 d’Hématologie, 6 de Biochimie, 5 de Microbiologie et 3 d’Immunologie, toutes aussi intéressantes les unes que les autres se sont succédées, soulignant toujours et encore, la place indéniable de la biologie clinique en pratique courante. La biologie nous est en effet d’une grande aide, tant pour le dépistage que le diagnostic, mais également pour la « SURVEILLANCE DES PATHOLOGIES », thème de ces deux journées.

La surveillance du diabète a été un des sujets épineux de la première matinée. En odonto- stomatologie, sa recherche est recommandée au cours des maladies parodontales car elles s’entretiennent mutuellement. Des recommandations sur le diagnostic et le suivi s’avèrent nécessaire pour une meilleure pratique des médecins tant spécialistes que généralistes. Il a été noté l’importance du dosage de l’HbA1c malgré son cout élevé qui renseigne sur l’équilibre glycémique des 4 à 8 semaines avant le dosage.

Toujours en biochimie, nous avons également vu l’efficacité de la glycémie capillaire dans la prise en charge des patients en urgence de par la rapidité d’obtention des résultats.

Pour l’appréciation de l’état nutritionnel du patient au cours des chirurgies digestives majeures, il apparait que l’albuminémie est plus appropriée que la protéinémie. Il constitue un facteur de suivi de première importance car la cicatrisation post opératoire en dépend.

En ce qui concerne la surveillance des grossesses, il a été souligné l’importance du dosage de l’uricémie et de la glycémie au cours des CPN afin de prévenir la toxémie gravidique, mais également le diabète gestationnel. Pour les sérologies habituelles, elles devront être  de préférence effectuées au sein d’un même laboratoire.

Pour la surveillance des souches bactériennes, vue l’émergence actuelle des bactéries multi résistantes aux molécules d’antibiotiques, tant dans les pays développés que les pays en voie de développement, d’autres approches ont été présentées, notamment la recherche de nouvelles molécules inhibant l’expression des facteurs de virulence des bactéries via le mécanisme du quorum sensing. Il s’agit d’une alternative intéressante aux antibiotiques qui va être développée dans le futur.

Le problème des infections nosocomiales vues dans nos services de réanimations a été également soulevé et a montré la place non négligeable des pneumopathies dues à Klebsiella pneumoniae.

Par ailleurs, il a été appuyé le rôle majeur de Helicobacter pylori dans la genèse des cancers gastriques qui pourrait être évitée par la surveillance des gastrites chroniques.

Dans le suivi de l’efficacité thérapeutique des infections urinaires, l’ECBU reste un examen de choix incontournable et permet par la même occasion d’empêcher l’utilisation abusive de certaines familles d’antibiotiques s’il a été suivi de la réalisation d’un antibiogramme.

Dans la surveillance des méningites, l’examen biologique du LCR est toujours important.

Enfin pour clore la série de présentations de la première journée, il a été présenté que la mesure de la charge virale VIH-1 figure parmi les paramètres les plus importants pour le suivi biologique des PVVIH. Par ailleurs, l’utilisation des DBS ou dried blood spot  a permis de faciliter l’acheminement des échantillons vers les laboratoires de référence.

Dans le domaine de la nano-odontologie, il a été présenté une approche très intéressante basée sur l’utilisation des cultures pulpaires dans la régénération ododontique,

Notons que  la qualité au laboratoire devra toujours être un souci car d’elle dépend la fiabilité des résultats.

Notre deuxième journée portait, quant à elle, sur l’hématologie et la transfusion sanguine :

L’hémogramme, malgré sa simplicité, constitue toujours et encore l’examen de première intention en hématologie. Une étude comparative de la prise en charge de la maladie thrombo embolique en milieu médicale et chirurgicale a été présentée. Dans les deux cas, un suivi clinique et biologique à la recherche d’une éventuelle thrombopénie devra toujours être réalisée avant d’instaurer un traitement anticoagulant. En post opératoire et en réanimation, la surveillance d’une thrombopénie tient une place capitale afin d’éviter l’éventuelle apparition d’une hémorragie, sans négliger une éventuelle thrombocytose qui malgré sa rareté, pourrait engager le pronostic vital. En pédiatrie, plus précisément dans la malnutrition infantile, l’hémogramme permettra de déceler une anémie.

Pour les examens plus spécifiques, le myélogramme permet de poser le diagnostic des hémopathies malignes. Le médullogramme a pu révéler malgré sa rareté, une érythroleucémie, chez un nourrisson de 18 mois et une leucémie aigue promyélocytaire chez un enfant de 4 ans.

Dans les hémoglobinopathies, la surveillance hématologique des drépanocytaires doit être systématique et rigoureuse. Il a été décrit la prise en charge d’un patient atteint d’hémophilie A en pré, per et post opératoire.

Dans le domaine de la transfusion sanguine, il est important  de connaitre son groupe sanguin et a été ainsi présenté le cas des étudiants qui ont fait un don de sang au centre de transfusion sanguine de l’HJRA. Par ailleurs, la recherche des agglutinines irrégulières a toute son importance. Ainsi a été développé une mise au point des hématies tests pour la recherche des Ac anti érythrocytaires irréguliers chez des sujets malgaches.

Pour une utilisation rationnelle du sang et de ses dérivés, une évaluation au cas par cas doit être réalisée. Pour la chirurgie digestive, comme les pertes sanguines varient en fonction de la pathologie causale et de l’acte chirurgical, l’importance de la transfusion sanguine per opératoire a été soulevée. En odontologie, depuis la récente pratique de l’implantation tissulaire, l’utilisation du plasma riche en fibrine s’avère très prometteuse, mais est toujours en cours d’expérimentation. Quant à l’échange transfusionnel, qui est une alternative à la transfusion simple, il constitue un des éléments de prise en charge transfusionnel dans les maladies hématologiques.

Et enfin, il y a eu une présentation du Centre d’infectiologie Charles Mérieux qui a été créé en 2009 et qui a pour but de promouvoir  la  recherche en infectiologie à Madagascar. Comme tous les laboratoires de recherche, il est rattaché à la Faculté de médecine d’Antananarivo.

Il a été noté que l’assistance s’est beaucoup intéressée aux différents thèmes présentés. Ceci a été jugé à travers les 3 à 7 questions posées par session. Nous espérons que dans le futur, il y aura un dialogue permanent entre biologistes, cliniciens, médecins d’exercice libéral et épidémiologistes à différents niveaux :

  • En amont pour le choix et la pertinence des examens pratiqués
  • En aval pour la garantie d’une analyse et d’une interprétation des résultats les plus appropriés.

Pour conclure, nous estimons que l’objectif de ces deux journées a été atteint. Sur ce, je vous remercie de votre aimable attention.

                                                                       Le Rapporteur Général des Journées

                                                           Dr RAKOTOARISOA Rasamindrakotroka Miora Tantely

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site